"Mauvais" Mécanismes et Problèmes à Régler dans le Jugement Majoritaire

Salut à tous,
Je viens de tomber sur cet article : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01545883/document, qui montre des caractéristiques largement considérables comme des inconvénients dans le jugement majoritaire, dû au fait que celui-ci sélectionne la meilleure médiane.

Je lance ce nouveau sujet pour recenser diverses caractéristiques, considérables comme néfastes/mauvaises/à éviter, du jugement majoritaire. On peut chercher les mécanismes qui les causent, proposer des versions qui les modifient, afin de régler ces problèmes.

Notre livre avec Michel Balinski consacre un chapitre entier sur la question (Chapitre 16) et Michel Balinski a répondu à cet article. Il a été sollicité par la revue économique qui ont l’habitude de publier les réponses à des articles un peu polémique.

Voici le lien de la réponse de Michel (version légèrement différente de la version publiée):

Sinon, tous ces articles (et le chapitre 16 de notre livre) sont en libre service sur ma page web:

En espérant que cela répond à la question.

5 J'aimes

Merci beaucoup. Je ne m’attendais pas à une telle réponse aussi rapidement. Je vais lire tout ça.

En complément du jugement majoritaire utilisable pour les élections à une option gagnante (présidentielle, préférendum), auriez-vous une proposition ou des conseils pour le mode de scrutin préférable pour les assemblées ?

auriez-vous une proposition ou des conseils pour le mode de scrutin préférable pour les assemblées ?

En complément du JM dans les assemblées où les votes ont souvent lieu à main levée, le Vote d’Approbation à main levée est désirable par rapport au Scrutin Uninominal à main levée.

Le Vote d’Approbation est un Jugement Majoritaire à exactement deux mentions : Rejeter (main baissée), ou Approuver (main levée).

La seule différence avec le Scrutin Uninominal classique est qu’on donne son avis sur chacun des candidats, en gros qu’on peut lever sa main plusieurs fois. C’est simple, c’est efficace, et c’est du JM :wink:

Et quand l’assemblée a l’habitude du Vote d’Approbation, on peut commencer à rajouter une troisième mention (lever le coude, ou les deux bras, faire le canard, etc.) si le besoin de subtilité se fait sentir.


C’est dommage que « Vote d’Approbation » ait le mot « Vote » dedans. Je préfèrerais le terme Scrutin d’Approbation.

3 J'aimes

Bonjour @domi41 et bonjour à tous,

Je pensais plutôt au mode de scrutin pour la composition/élection des parlementaires siégeant dans l’assemblée (voir Quelles règles précises pour le préférendum?, et Jugement majoritaire et scrutin de liste), qui est d’un autre type que le choix d’une option parmi d’autres (je continue à suivre le débat sur « option/proposition » en même temps) qui correspond aux votes législatifs par les parlementaires, qui n’a comme seule différence avec un référendum ou un préférendum le suffrage c’est-à-dire qui vote.

C’est pourquoi le jugement majoritaire est une des possibilités et y est tout à fait adapté, si pour chaque proposition de loi on inclut automatiquement une option « le statu quo » (qui correspond à l’actuel « non ») et les amendements.
Sur ce dernier point, comme pour le préférendum, la question principale qui reste étant selon moi la question des options (d’ailleurs je souligne la pertinence de ce commentaire de @Gilles), de leur composition, leur élaboration, leur nombre, etc. Voir Quelles règles précises pour le préférendum? et la réponse de @sdm94.

D’ailleurs je rappelle qu’aujourd’hui que les parlements utilisent un vote d’approbation à 50% (parfois une autre valeur, parfois en relatif parfois en absolu) de oui avec un certain ordre entre les propositions/options (la question des amendements), en particulier pour le choix d’un gouvernement (mais où est passée la séparation des pouvoirs législatifs/exécutifs ?) dans de nombreux pays parlementaires.

La difficulté à obtenir un gouvernement est l’une des principales critiques actuellement faite contre des modes de scrutin (de composition d’assemblée) proportionnels ce qui est tout différent du problème de nécessité de majorité parlementaire pour le gouvernement.

Si on utilisait ce mode de scrutin (actuellement utilisé pour les votes législatifs) pour n’importe quelle élection au suffrage universel direct, le problème resterait le même (que pour désigner/obtenir un gouvernement) et rien n’empêcherait une élection présidentielle (ou tout autre du même type) de ne voir aucun candidat dépasser les 50% (ou la valeur fixée) de vote pour, ou de voir plusieurs candidats la dépasser.

Qu’il s’agisse du mode de scrutin actuel des assemblées ou du « Vote d’Approbation en Jugement Majoritaire à 2 mentions » (quoique ce dernier est légèrement différent), il s’agit toujours d’un mode de scrutin binaire comme le mode de scrutin uninominal mais pas uninominal car

(en particulier le second car il ne met pas en avant l’une des options) ce qui les rend (selon moi) meilleurs que le scrutin uninominal. Techniquement on peut même imaginer un jugement majoritaire avec mentions mais qui soit uninominal (le problème étant alors l’énorme risque d’avoir des candidats pas jugés par autant d’électeurs).

Je pense que la différence est que dans un scrutin on élit, alors que pour une option de type texte législatif ou référendum on vote, et donc qu’il faudrait plutôt faire l’inverse. Mais je ne suis pas sûr.

Voir mes arguments contre les modes de scrutin binaire (c’est-à-dire sans nuances contrairement au jugement majoritaire) sur https://parlement-et-citoyens.fr/consultations/referendum-dinitiative-citoyenne/consultation/consultation-48/opinions/modalites-concretes-de-mise-en-oeuvre-quelles-modalites-vous-sembleraient-les-plus-pertinentes-pour-mettre-en-place-ces-differentes-formes-de-ric/modalites-du-vote-quels-canaux-pour-organiser-le-vote/vote-binaire-oui-ou-non

Mais effectivement rien ne force d’avoir 7 mentions, et ces 7 mentions-là. Il y a d’ailleurs un débat à ce sujet sur Terminologie MieuxVoter concernant notamment le fait qu’il y ait 2 mentions « négatives » (à rejeter, insuffisant) contre 4 mentions « positives » (excellent, très bien, bien, assez bien).

Dans une élection, on élit. Dans un vote, on vote. Dans un sondage, on sonde.
Dans un scrutin, on scrute. Ce qu’on fait de ce qu’on a observé, de ce qu’on a scruté, dépend des raisons pour lesquelles le scrutin a eu lieu. Je pense qu’il est capital d’avoir un mot neutre, qui ne convoie pas de détails constitutifs, de conséquences, pour parler du processus de collecte d’opinions.

Le sens commun a déjà perdu le mot publicité, ce qui nous pénalise beaucoup, car transparence n’est pas un équivalent. (la transparence est passive, par exemple)


Pour la composition des assemblées, on devrait ouvrir un nouveau fil de discussion.
Surtout qu’à l’ère de l’information, les assemblées vont muter (démocratie liquide, etc.), et la discussion peut durer.


Sur les « mauvais » mécanismes et problèmes à régler du JM, je n’ai plus rien à dire, car je n’en vois pas en tant que mode de scrutin (les problèmes systémiques d’abstention, de corruption, de bêtise, d’impuissance constitutionnelle ne peuvent être imputés au JM). Je mens ; le problème du JM, c’est de ne pas être déjà partout. AU BOULOT ! :balance_scale:

1 J'aime

Je parlais des noms des modes de scrutin, et j’ai précisé que « je ne suis pas sûr ».

Vous avez raison.

Oui, il y avait déjà le fil de discussion Jugement majoritaire et scrutin de liste

J’ai volontairement mis « mauvais » entre guillemets car c’est subjectif et dépend donc des caractéristiques que l’on cherche à avoir et celles que l’on cherche à éviter.
Il ne s’agit que d’un fil de discussion, et j’essaye d’éviter d’avoir des préjugés.
Ne trouvant pas les mots pour répondre, je vous met ci-dessous une citation structurée et concise qui donne mon avis actuel probablement mieux que je ne pourrais le faire moi-même :

En vrai je ne suis pas d’accord (sauf si on sous-entend « être [évoquée comme solution / proposée] partout »).
Le jugement majoritaire a été créé pour répondre à certaines caractéristiques pour certains cas, en l’occurence pour certains types de scrutins,
notamment car,

(ancienne formulation pas claire -- voire l'EDIT)

en plus du mécanisme du vote, il donne aussi le mécanisme d’effectivité du résultat
(dites moi si je dois reformuler cette proposition verbale car elle n’est pas claire)

Toutefois je dois préciser que cela a déjà été remis en cause sur Quelles règles précises pour le préférendum? puis plus récemment sur Présentation de l'échelle des mentions.

EDIT du 20/06/2020 du passage en italique (qui n’était pas clair) :
en plus de (1) la manière dont les électeurs/votants peuvent s’exprimer sur les diverses propositions/candidats, le JM donne aussi (2) la manière dont les résultats sont agrégés entre les différentes propositions/candidats.

Exemple : le (1) est différent entre un JM et du vote par classement. Mais le vote par classement lui-même n’inclus pas le (2) et on peut voir en 4 minutes qu’avec les mêmes votes des électeurs, on peut arriver à des résultats différents en changeant le (2) (https://www.youtube.com/watch?v=vfTJ4vmIsO4), d’où son importance,
mais aussi les électeurs en prenant conscience des failles du système de vote peuvent changer leur vote pour optimiser les résultats par rapport à leurs préférences, c’est le vote utile.

Je ne parviens pas à trouver un exemple de scrutin pour lequel le JM ne serait pas adapté. (Je compte le JM à deux mentions, le vote d’approbation, comme un JM)

Que ça soit pour choisir une pizza, une date de RDV, ou une représentante, le JM est ubiquitaire dans mes déliberations personnelles.

As-tu vécu des scrutins où le JM n’aurait pas été adapté ?


Là, je suis perdue. Le JM donne des résultats secondaires grâce à se subtilité, mais en quoi est-ce « effectif » ?

1 J'aime